06 juin 2008

last night I was... Pink!

Après avoir dédidé que la température permettait l'ajout d'un petit blouson cuir cintré vintage sur le duo chemise rose ouverte, cravate fine blanche, direction le capitole pour la white & Pink party.

Dès l'arrivée, deux constatations. Il y a du son, vu le volume de la house qui s'échappe des "remparts roses et blancs". Il y a du monde aussi... Ce qui se manifeste par une queue assez impressionnante... Qu'il sera finalement possible de zapper en partie.

Me voici à l'intérieur. Du rose. Partout. En chemise, foulard, cravates, t shirt, mais aussi plus loin sur l'estrade en string ou shorty. Du rose jusqu'à la nausée. Peut-être aussi parce que les bouteilles étiquetées de rose défilent à un rythme soutenu.
Ambiance très sympa, les gens ont fait l'effort de la tenue pour la plupart. Je revois des visages qui semblent sortis du passé. Ces mêmes visages croisés au fil des nuits depuis une douzaine d'année. Je croise quelques copains très occupés à détailler les courbes de celles qu'ils croisent, ma flûte se vide et se remplit.
De la house du début avec performance live chanteur sax et percu (petite pensée pour dfp lol), on bascule sur un son plus électro, tech house.  Au passage, parmi d'autres plus pouet pouet et tant que je ne connaissais pas, le retour du Silence de Delerium, du out of space de Micha Moor, le faxing berlin de Chris lake, les daft punk (au bout du 4ème titre dans la soirée j'en déduis que le dj a prévu d'amortir son cd live ou qu'il l'aime beaucoup). Je parlais des remix aléatoires diffusés dans ma salle de sport. J'ai noté qu'on pouvait remixer Jo le Taxi... Une boîte à rythme et l'imagination est sans limite. Ca ne semble pas déranger les girls aux courbes en partie dévoilées (et à la cuisse vaguement celluliteuse, si ce n'est pas malheureux...) qui s'agitent langoureusement sur les estrades roses.
Les petits fours et autres canapés circulent en abondance tout au long de la soirée, bon point pour l'organisation.
Mon appréhension du début est partie en bulles. La musique m'accompagne dans mes évolutions à travers la foule -pour le moins compacte-.
Il se fait tard et il est temps de partir.  Je me souviens d'un autre départ de soirée (certes beaucoup plus tardif) où les murs du parking s'étaient lâchement frottés à ma voiture. Du coup, je prends un petit encas nocturne avant de m'en retourner -sans encombre- chez moi, là-bas.
Au matin, la douleur qui me scie littéralement le front (mais qui se dissipera heureusement rapidement) me rappelle les effets secondaires des bulles...
Et sinon ce matin? Bien?
Impec...

-ajout de photos ce soir... pourries because depuis deux semaines, je n'ai toujours pas pris le temps de recharger la batterie de mon appareil photo... C'est malin...-

Posté par IamNoOne à 12:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur last night I was... Pink!

Nouveau commentaire